( 29 mars, 2008 )

My Eyes

myeyes.gif

clic sur la vignette

( 28 mars, 2008 )

Joyeux anniversaire

joyeuxanniversaireroseblanche.gif

( 28 mars, 2008 )

Magic Woman

bouledecristal.gif

( 28 mars, 2008 )

La vie en rose

femmetulipes.jpg

( 28 mars, 2008 )

Beau beau la vie!

loupcestbolavie.gif

( 28 mars, 2008 )

Bonne journée!

palmbeach.gif

( 24 mars, 2008 )

Ma créa de la Grèce

macreagrece.jpg

CLIC SUR L’IMAGE

( 23 mars, 2008 )

Un mot….

Un mot de trop
parfois c’est bien
parfois c’est beau
parfois ça ne sert à rien.

Un mot de trop
peut rendre heureux
ou faire ruisseler des sanglots,
alors on est malheureux.

Un mot de trop
parfois ça fait plaisir
c’est comme un cadeau
qu’on se plaît à offrir.

Un mot de trop
peut briser une amitié
la langue telle une faux
coupe un lien sans pitié.

Un mot de trop
nuit à celui qui le dit,
son erreur le rattrape au galop
et il devient un roseau qui se plie.

Un mot de trop
ça sait détruire toute une vie
en une seconde, il met à zéro
et il ne sombre jamais plus dans l’oubli.

Ne disons jamais un mot de trop
ne parlons pas sans réfléchir
car par un seul mot de trop
notre ciel peut s’assombrir.

«Serge Léonard»

( 23 mars, 2008 )

Le sable et la pierre..

C’est l’histoire de deux amis qui marchaient dans le désert.
A un moment, ils se disputèrent et l’un des deux donna une gifle à l’autre.
Ce dernier, endolori mais sans rien dire, écrivit dans le sable:
« Aujourd’hui mon meilleur ami m’a donné une gifle ».
Ils continuèrent à marcher puis trouvèrent un oasis, dans lequel ils décidèrent de se baigner.
Mais celui qui avait été giflé manqua de se noyer et son ami le sauva.
Quand il se fut repris, il écrivit sur une pierre :
« Aujourd’hui mon meilleur ami m’a sauvé la vie. »
Celui qui avait donné la gifle et avait sauvé son ami lui demanda :
_« Quand je t’ai blessé tu as écrit sur le sable, et maintenant tu as écrit sur la pierre. Pourquoi ? »

L’autre ami répondit:

_« Quand un ami nous blesse, nous devons l’écrire dans le sable, où les vents du pardon peuvent l’effacer.
Mais quand un ami fait quelque chose de bien pour nous, nous devons le graver dans la pierre, où aucun vent ne peut l’effacer ».

Apprends à écrire tes blessures dans le sable et à graver tes joies dans la pierre

( 23 mars, 2008 )

Je sais….

Quand j’étais gosse, haut comme trois pommes,
J’parlais bien fort pour être un homme
J’disais, JE SAIS, JE SAIS, JE SAIS, JE SAIS

C’était l’début, c’était l’printemps
Mais quand j’ai eu mes 18 ans
J’ai dit, JE SAIS, ça y est, cette fois JE SAIS

Et aujourd’hui, les jours où je m’retourne
J’regarde la terre où j’ai quand même fait les 100 pas
Et je n’sais toujours pas comment elle tourne !

Vers 25 ans, j’savais tout : l’amour, les roses, la vie, les sous
Tiens oui l’amour ! J’en avais fait tout le tour !

Et heureusement, comme les copains, j’avais pas mangé tout mon pain :
Au milieu de ma vie, j’ai encore appris.
C’que j’ai appris, ça tient en trois, quatre mots :

« Le jour où quelqu’un vous aime, il fait très beau,
j’peux pas mieux dire, il fait très beau !

C’est encore ce qui m’étonne dans la vie,
Moi qui suis à l’automne de ma vie
On oublie tant de soirs de tristesse
Mais jamais un matin de tendresse !

Toute ma jeunesse, j’ai voulu dire JE SAIS
Seulement, plus je cherchais, et puis moins j’ savais

Il y a 60 coups qui ont sonné à l’horloge
Je suis encore à ma fenêtre, je regarde, et j’m'interroge ?

Maintenant JE SAIS, JE SAIS QU’ON NE SAIT JAMAIS !

La vie, l’amour, l’argent, les amis et les roses
On ne sait jamais le bruit ni la couleur des choses
C’est tout c’que j’sais ! Mais ça, j’le SAIS… !


Jean Gabin
Paroles: Jean-Loue Dabadie 1974

12345...16
« Page Précédente  Page Suivante »
|